For Tomorrowers ®

La ville idéale pour entreprendre…

Réussir à concilier qualité de vie et dynamisme économique.

La ville est encore au XXIe siècle, le lieu le plus synonyme d’exercice d’une activité professionnelle. En 2012, 81,5 % des emplois de France métropolitaine sont situés dans une grande aire urbaine, contre 78,0 % en 1975[1]. En parallèle, nous savons que, chaque année plus de 200 000 personnes quittent la région parisienne à la recherche d’une meilleure qualité de vie et de meilleures conditions de travail[2].

Cette tendance conforte les grandes aires urbaines régionales qui deviennent de plus en plus attractives, de par le souhait des cadres de trouver un lieu de vie qui permettent de concilier qualité de l’environnement et dynamisme économique propice à l’esprit d’entreprise.

Quel serait le portrait de la ville idéale qui permettrait de concilier l’utile à l’agréable ?

Pour l’utile, nous entendrons une ville attractive économiquement, avec beaucoup de cadres et de chercheurs, et des infrastructures (gare, aéroport, autoroute) permettant de se relier rapidement aux grands axes nationaux et/ou internationaux.

Pour l’agréable, nous penserons à une ville ensoleillée, proche aussi bien des stations balnéaires que montagnardes. L’agglomération offrirait également des transports en commun modernes et ne souffrirait pas des contrariétés liées à des embouteillages chroniques. Une offre de soins de qualité, un environnement sûr et préservé, des prix de l’immobilier attractifs, une dimension multiculturelle et la présence d’un pôle d’enseignement supérieur, compléteraient le tableau[3].

Enfin, l’ultime avantage pour cette contrée idéale serait d’être proche d’une frontière car nous savons que, dans le contexte d’une économie mondialisée, les opportunités de travailler à l’étranger se sont diversifiées. Dans l’Union européenne, plus de 2 millions de personnes travaillent ainsi au moins une fois par semaine dans un autre pays, un chiffre qui a été multiplié par trois depuis 1999. Pour la France, d’après les estimations d’Eurostat, les travailleurs transfrontaliers (le terme qu’on leur donne) sont 438 000[4].

Ainsi, cette ville idéale, serait l’endroit rêvé pour étudier, travailler ou réfléchir aux innovations de demain.

Les entrepreneurs, ou les StartUpper, occupent une place de plus en plus importante dans l’économie régionale : d’après un rapport de l’Agence Française du Numérique[5], plus des deux tiers des Startups françaises recensées se trouvent en dehors de l’Ile de France. Cette proportion n’est pas étonnante si l’on tient compte du fait que, pour un jeune créateur, il est moins coûteux de se lancer en province qu’à Paris, surtout lorsqu’on peut compter sur la proximité d’un incubateur.

Dès lors, on imagine très bien qu’un entrepreneur choisisse un territoire en fonction de son identité culturelle, de son dynamisme et de son histoire.

Une terre qui aurait été le théâtre de grands événements. Une terre qui aurait vu naître de grands personnages, fondateurs de dynasties, serait une puissante source d’inspiration et aurait incontestablement sa préférence.


[1] www.cget.gouv.fr et http://www.observatoire-des-territoires.gouv.fr.

[2] https://www.lexpress.fr/emploi/le-palmares-2017-des-villes-ou-il-fait-bon-vivre-et-travailler_1866011.html

[3] http://www.observatoire-des-territoires.gouv.fr/observatoire-des-territoires/fr/les-indicateurs-du-rapport-qualit-de-vie

[4] http://www.observatoire-des-territoires.gouv.fr/observatoire-des-territoires/fr/dynamiques-de-lemploi-transfrontalier-en-europe-et-en-france#Le%20dynamisme%20du%20travail%20transfrontalier%20fran%C3%A7ais

[5] http://agencedunumerique.gouv.fr/wp-content/uploads/2016/10/20170323_Rapport-dactivite-Agence-du-Numerique.compressed.pdf

bertrandauge

Ajoutez un commentaire

Laisser un commentaire

Suivez-nous

Ne soyez pas timide, contactez-nous. Nous aimons rencontrer des gens intéressants et nous faire de nouveaux amis.

%d blogueurs aiment cette page :