For Tomorrowers ®

Boomers, Xers, Yers, Génération Z : stop au bashing générationnel !

L’entrée de la Génération Z sur le marché du travail est l’un des changements les plus profonds que connaissent la société et le monde du business.

Chaque nouvelle génération a subi sa part de perturbations technologiques, économiques, politiques et sociales. Mais aucune autre génération dans l’histoire de l’humanité n’a eu la capacité de connecter chaque être humain sur la planète les uns aux autres… ni la possibilité d’être pleinement éduquée, ou socialement et économiquement engagée.

Ok, la plupart des économies développées du monde ont adopté et célébré l’importance de la diversité des origines, des croyances, et des orientations sexuelles… mais il reste quand même matière à amélioration.

Si à bien des égards la prospérité du monde dépend de la compréhension de nos diversités, il y a encore un endroit où nous semblons n’avoir aucun scrupule à catégoriser les individus pour quelque chose dont ils n’avaient pas le choix ; et c’est pourtant la plus grande source de diversité interculturelle s’appliquant à chaque être humain : la génération au sein de laquelle il ou elle est née !

Avec la Génération Z (née après 1995) qui entre sur le marché du travail pour se joindre aux Yers, au Xers, ou encore au baby-boomers, quatre générations travaillent côte à côte !

Cela n’a simplement aucun précédent dans l’histoire humaine. Quelle réponse y apportons-nous ?  Et bien comme avec tous les stéréotypes, nous utilisons les générations pour définir – dans le cadre d’une fiction pratique et paresseuse – les comportements d’une classe entière de personnes ! Combien de fois vous êtes-vous retrouvé dans un groupe où quelqu’un dénigre le comportement de la génération Y ou Z sans tenir compte du fait qu’un ou plusieurs membres de ces générations soient présents ? Pouvez-vous imaginer tolérer cette même conversation s’il s’agissait de genre, de religion ou d’orientation sexuelle ? Bien sûr que non ! C’est un artefact d’une époque où nous n’avions aucun outil pour comprendre les comportements individuels. Mais devine quoi ? Maintenant nous possédons ces outils ! Facebook, Google et Snapshat en savent plus sur vous que votre copine.ain ou vos potes !


Vidéo : Simon Sinek on Millennials in the Workplace


Je ne prétends pas que l’ère dans laquelle nous avons grandi n’a pas façonné certains aspects de notre vision du monde et créé des expériences partagées. Le fait est que, à l’avenir, le contexte social devient de plus en plus un contexte mondial partagé à travers tous les âges. Je peux ressentir des frissons en jouant aux jeux vidéo tout autant que ma fille de 13 ans peut construire un site d’e-commerce. Mais une fois que vous avez franchi la ligne de travail, les étiquettes générationnelles deviennent beaucoup plus conflictuelles que productives.

Et il ne s’agit pas seulement de dénigrer les Millennials et les Gen-Z. Si vous êtes d’une précédente génération, vous allez subir la même ostracisation générationnelle ! Ouais, ça ne va pas fort n’est-ce pas ?

En fait il est temps d’abandonner le bashing générationnel !

Pourquoi ? En voici quelques raisons :

Nous utilisons tous les mêmes technologies pour communiquer ! Les grands-mères et les enfants de 2 ans utilisent Skype, WhatsApp ou FaceTime pour se parler. Les barrières de l’accession, de la facilité d’utilisation et de l’utilité disparaissent. Les outils qui définissaient la plupart des générations sont maintenant presque communs à tous les âges.

Nous ne pouvons pas continuer à penser en termes générationnels lorsque quatre générations travaillent côte à côte ! Ce genre de pensée peut déchirer une entreprise. L’heure est à la connexion, pas à la division : tout le monde peut apporter à tout le monde.

La diversité conduit à de meilleures solutions ! La plus grande source de créativité et d’innovation réside dans l’identification des opportunités et des défis sous tous les angles possibles. Plutôt que de penser avec des lentilles générationnelles, il faut penser aux avantages de combiner l’expérience du passé avec l’ambition sans entraves de l’avenir.

L’éducation n’a plus de murs ! Des salles de classe ouvertes permettront à quiconque de s’éduquer sur n’importe quoi, à tout âge. Tout le monde devra actualiser ses connaissances tout au long de sa carrière. La frontière entre formation initiale et continue disparait.

Nos expériences seront partagées en ligne à partir de la réalité virtuelle ! Auparavant, les générations étaient définies par des expériences partagées qui ne pouvaient être reproduites facilement. Aujourd’hui nous créons en ligne des expériences de réalité virtuelle totalement immersives, démolissant les murs qui limitent les expériences à une seule génération.

La généralisation des big data permet un ciblage comportemental ! La rupture générationnelle la plus importante est la façon dont nous utilisons les data comportementales pour identifier et même prédire les préférences, les attitudes et les intérêts de chacun. Le résultat inévitable est qu’à l’avenir nous fassions tous partie du plus grand rassemblement générationnel mondial d’expériences humaines, sans les limites artificielles que nous avons autrefois dessinées pour définir et confiner la diversité de l’humanité.

Catégoriser pour mieux comprendre… à la rigueur. Mais catégoriser pour diviser est improductif. Collaborez, collaborez, collaborez ! Et stop au bashing générationnel !

 

For Tomorrowers ®

Ajoutez un commentaire

Laisser un commentaire

Suivez-nous

Ne soyez pas timide, contactez-nous. Nous aimons rencontrer des gens intéressants et nous faire de nouveaux amis.

%d blogueurs aiment cette page :